Capsules santé

ABOLITION DES GRAS TRANS AU CANADA

Guillaume Trottier

Abolition des gras trans au Canada 

 
Voilà, c’est fait ! Les principaux gras trans artificiels sont maintenant interdits au Canada. L’interdiction vise les huiles partiellement hydrogénées (HPH). Les HPH sont la principale source de gras trans de type industrielle que l’ont retrouve dans les aliments vendus au Canada. Le nouveau règlement, qui est entré en vigueur le 17 septembre dernier, interdit donc aux fabricants d’ajouter des huiles partiellement hydrogénées dans les aliments fabriqués ou importés à l’intérieur du pays, ainsi que dans tout les plats préparé dans les restaurants. 
 

Mauvais pour le cœur

 
D’abord, il est important de comprendre que les gras trans se trouvent naturellement dans certains aliments d’origine animale ou peuvent être aussi produits industriellement. Les gras trans artificiels sont conçus lorsque de l’hydrogène est ajouté à une huile végétale liquide. C’est ce qui lui donnera sa consistance solide. Les fabricants utilisent les gras trans, notamment, dans les margarines, les plats préparés, les biscuits, les pâtisseries commerciales, craquelins, céréales, barres granolas, croustilles, aliments frits… La liste est encore bien longue ! 
 
Ces gras trans ont un effet néfaste sur le cœur. Ils font augmenter le taux de « mauvais » cholestérol dans le sang qui est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires et du même coup, ils réduisent le taux de « bon » cholestérol, qui protège contre les maladies cardiaques. 
 
Selon les recherches et selon les études de Santé Canada, l’interdiction des HPH pourrait prévenir 12 000 crises cardiaques sur une période de 20 ans partout au pays. 
 

ENFIN ! Diront certains

 
La condamnation des gras trans artificiels arrive presque 15 ans après qu’une majorité de députés à la Chambre des communes eut voté en faveur de l’idée. 
 
Le Canada a été, en 2002, le premier pays à exiger des fabricants qu’ils inscrivent la teneur en gras trans sur les étiquettes des différents produits. C’est ensuite lors de l’année suivante que l’Organisation mondiale de la santé a recommandé de limiter à seulement 1% la quantité d’énergie aspirée provenant des gras trans.
 
Le temps s’est écoulé et le bannissement avait été finalement annoncée l’an dernier pour laisser le temps au secteur de l’alimentation de s’adapter à cette nouveauté, il était toutefois temps d’agir ! 
 

Ajouter un commentaire

carre.gif